Une fois l’an. L’expression abrite la complexité des choses simples. Elle désigne une périodicité rare, mais d’une récurrence promise. Elle évoque l’attente faite de ce mélange paradoxal de réjouissance et d’appréhension. Elle a le goût des fêtes, de l’enfance, de la mémoire et de l’oubli. Elle est balise dans le temps humain, insaisissable et fidèle.

Les éditions "Une fois l’an" sont une manière d’irrévérence douce. Une audace parée de la sobriété des registres mineurs: nouvelles, proses poétiques, essais, dessins à l’encre, collages, empreintes... Un désir d’expression faite matière, pour, mais aussi par la beauté du geste.